Parmentier fait découvrir les pommes de terre aux français

Parmentier patates pommes de terre

« 𝘖𝘤𝘵𝘰𝘣𝘳𝘦, 𝘳𝘦́𝘤𝘰𝘭𝘵𝘦 𝘥𝘦𝘴 𝘱𝘰𝘮𝘮𝘦𝘴 𝘥𝘦 𝘵𝘦𝘳𝘳𝘦 » 𝘱𝘢𝘳 𝘑𝘶𝘭𝘦𝘴 𝘉𝘢𝘴𝘵𝘪𝘦𝘯-𝘓𝘦𝘱𝘢𝘨𝘦 (𝘕𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯𝘢𝘭 𝘎𝘢𝘭𝘭𝘦𝘳𝘺 𝘰𝘧 𝘝𝘪𝘤𝘵𝘰𝘳𝘪𝘢, 𝘔𝘦𝘭𝘣𝘰𝘶𝘳𝘯𝘦, 𝘈𝘶𝘴𝘵𝘳𝘢𝘭𝘪𝘦)

Il y a 8000 ans, la pomme de terre pousse déjà à l’état sauvage sur les hauts plateaux de la Cordillère des Andes. Au 13e siècle, les Incas la cultive sous le nom de « papa ». Les conquistadors la ramènent en Espagne au 16ème siècle sous le nom de « patata ». De là elle va diffuser dans le reste de l’Europe sauf en France où son implantation est plus laborieuse : elle y est encore considérée comme à risque pour les humains et réservée à l'alimentation des animaux.Ce n'est qu'au 18ème siècle, grâce Antoine-Augustin Parmentier, pharmacien aux armées, que ses qualités sont enfin reconnues. Lors de la guerre de 7 ans, Parmentier est fait prisonnier par les Prussiens et pendant cette captivité, il a pu apprécier les vertus nutritives de la pomme de terre. De retour en France, il la recommande pour résoudre le problème des famines endémiques qui ravagent encore le pays à cette époque. En 1785, pour en assurer la promotion, il convie le roi Louis XVI et la reine Marie-Antoinette à un dîner cours duquel ne sont servis que des plats comportant des pommes de terre. Peu après, en 1786, il met en scène, avec le soutien du roi, une opération originale de promotion de la pomme de terre. Il en plante dans plusieurs champs autour de Paris et il fait en sorte que ces champs soient ostensiblement gardés par des soldats mais uniquement le jour. Ces précieuses tubercules que mange le roi et qui sont gardées excitent la convoitise des habitants qui les dérobent la nuit et en assurent ainsi la publicité.Dès le 19ème siècle, la pomme de terre a gagné : elle est sur toutes les tables, des plus populaires aux plus bourgeoises, et dans les meilleurs restaurants.Actuellement la consommation planétaire de pommes de terre est de l’ordre de 400 millions de tonnes par an, soit 13 tonnes par seconde !

Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.