L'anglais serait-il du français mal prononcé ?

Selon l’Oxford English Dictionary environ 30 000 mots de la langue anglaise sont issus du français, soit près de la moitié du vocabulaire courant de nos amis britanniques.


À l’origine, l’anglais est une langue aux racines celtes et germaniques. Au début de notre ère, avec l’intégration de l’Angleterre dans l’empire romain, la langue s’enrichit de nombreux mots d’origine latine. Quelques siècles plus tard, en 1066, l’invasion de l’Angleterre par les normands, change la donne. Guillaume le Conquérant, devenu roi d’Angleterre, après sa victoire à Hasting, remplace une bonne part de la noblesse anglaise par des nobles normands et francs. Ceux-ci vont faire souche outre-manche et contrôler le pays. Le français devient la langue du droit et de la justice, celle des clercs et du clergé puis celle de la bourgeoisie, des échanges et du commerce.  

En 1154 Henri Plantagenêt prend la relève des rois normands. Devenu Henri II, marié avec Aliénor d'Aquitaine, il est non seulement roi d’Angleterre mais il possède la moitié ouest de la France (Normandie, Bretagne, Anjou, Poitou, Touraine, Limousin,  Périgord, Auvergne, Aquitaine et Gascogne).  Son fils, Richard Cœur de Lion, né en France comme Henri II, ne parle pas un mot d’anglais. Il s’exprime essentiellement en langue d’Oc comme sa mère Aliénor d’Aquitaine ou en langue d’Oïl comme son père né au Mans. D’ailleurs il n’a passé que six mois en Angleterre !

Les rois d’Angleterre garderont longtemps des prétentions sur le royaume de France et se marieront avec des française de la haute noblesse. Les reines anglaises éduqueront leurs enfants en français et une grande partie de la noblesse en fera de même.

Avec le latin, le français restera donc longtemps la langue officielle utilisée pour les documents juridiques ou comptables. Le français fut ainsi la langue du Parlement anglais jusqu'en 1363. Encore aujourd’hui la formule « Le roy le veult » est utilisée pour la promulgation des lois.

Henri IV qui devient roi en 1399 sera le premier roi d’Angleterre dont le français ne sera pas la langue maternelle.

Il faudra attendre 1730 pour que l’anglais ne s’impose dans les tribunaux quand le parlement anglais adopte The proceedings in courts of justice act. Toutefois, encore aujourd’hui la formule "Le roy le veult"  est utilisée pour la promulgation des lois britanniques et que subsitent les devises "Dieu et mon droit " et " Honi soit qui mal y pense".

 

Mots anglais issus du franco-normand

Avec l'arrivée de Guillaume le conquérant et de ses troupes, des centaines de mots normands ou franco-normands deviennent anglais avec la prononciation des autochtones.

  • afrayé (effrayé) devient afraid
  • atorné (atourné: «nommé») devient atorney
  • boulette devient bullet
  • candeile (chandelle) devient candle
  • couronne devient crown.
  • egle (aigle) devient eagle
  • engigneor (ingénieur) devient engineer
  • escole (l'école) devient school.
  • feire (foire) devient fair
  • gardin (jardin) devient garden
  • geneivre (genièvre) devient gin
  • juel/joel (joyau) devient jewel
  • labour (de labourer) devient labour
  • jaquet (jaquette) devient jacket.
  • maire devient mayor
  • mousseron(le champignon) devient mushroom.
  • nourice devient nurse
  • oile (huile) devient oil
  • oistre/uistre (huître) devient oyster
  • poudre devient poudre
  • quarte (quart) devient quarter
  • roque (roc) devient rock
  • soudier (soldat) devient soldier.
  • Taillour (tailleur) devient tailor.
  • wafre / waufre ( gaufre) devient wafer
  • werre (guerre) devient war
  • etc.

 

Tapisserie de Bayeux - Scène 57 : la mort du roi Harold à la bataille d'Hastings.

La vague française du Moyen-Âge

Au cours du Moyen Âge, la noblesse et le clergé anglais, qui connaissaient généralement le français et l'anglais, y introduisirent des mots français relatifs au gouvernement, à l'Église, à l'armée, à la vie à la cour ainsi qu'aux arts, à l'éducation et à la médecine. Un siècle après l'arrivée de Guillaume le Conquérant, plus de 10.000 mots du vieux français sont transmis à l’anglais.

  • ante (tante) devient aunt
  • bargaignier (barguigner au sens marchander) devient bargain
  • bastard (bâtard) devient bastard
  • chaine (chaîne) devient chain
  • chapelle devient chapel
  • chois (choix) devient choice
  • coissin (coussin) devient cushion
  • conceler (cacher) devient to conceal
  • coste (coût) devient cost
  • cruste (croûte) devient crust
  • custume (coutume) devient custom
  • det (dette) devient debt
  • dresser (mettre droit) devient to dress
  • escorner (insulter) devient scorn
  • escuier (écuyer) devient squire
  • grief (au sens chagrin) reste grief
  • marchand devient merchant
  • paste (pâtisserie) devient pastry
  • patron (au sens de modèle) devient pattern
  • porc devient pork
  • monnaie devient money
  • mouton devient mutton mais uniquement dans les assiettes sinon il reste sheep
  • rental (loyer/redevance) reste rental
  • toaille (à l'époque une serviette) devient towel
  • toster (rôtir) devient to toast
  • etc.

 

Mots ou expressions français devenus anglais tels quels

De nombreux mots français ou expressions sont passés en anglais sans aucune modification, en particulier dans le domaine de la cuisine, du savoir-vivre, de l'art, du charme ou de l'amour. Voici quelques exemples :

Apostrophe, à la carte, attaché, apéritif, avant-garde, baguette, ballet (le spectacle de danse), billet doux, bureau, brunette (désignant une jeune fille brune), cabaret, chef-d’œuvre, chic, chignon, cliché, chauffeur, coup de foudre, coup d’État, couturier, cul-de-sac, débris, décolleté, déjà vu, élite, entrecôte,  façade, femme fatale, fiancée, gâteau, libertine, ménage à trois, menu, machine, maisonnette, mousse, omelette, potpourri, ratatouille, rendez-vous, risqué, ridicule, sauté, serviette, silhouette, soufflé, souvenir, sabotage, technique, réservoir, répertoire, vinaigrette...

Parfois, le mot français perd les accents ou son "e" final" en devenant anglais : soup, salad, etc. Enfin certains mots sont passés en français tels quels mais, attention, ils ont changé de sens au passage. Ainsi blouse en anglais veut dire chemisier en français.


Depuis bientôt mille ans, la langue française a eu des contacts si fréquents, si intimes et parfois si passionnels avec la langue anglaise qu’on est tenté d’y voir comme une longue histoire romanesque où se mêlent attirance et interdits

Henriette Walter

A priori l’anglais et le français devraient être des langues très différentes puisque l’anglais est au départ une langue germanique (comme l'allemand et le néerlandais), alors que le français est une langue romane (comme l'espagnol et l'italien).  Pourtant l’Histoire a fait que ces deux langues se soient fortement métissées. En raison de l'influence exercée par le français, le vocabulaire anglais est devenu une langue fortement romanisée. De son côté, le français au début de son histoire fut très germanisé par le francique ce qui explique en partie beaucoup de ressemblances étonnantes au plan lexical entre les langues française et anglaise.

Par ailleurs l’anglais et le français ont également puisé dans le latin et le grec pour acquérir les mots dont il avait besoin. Dans les deux langues une très large part du vocabulaire scientifique et technique est d'origine gréco-latine.

La proximité géographique, les guerres ou les alliances ont constamment maintenus les contacts entre les deux peuples. De ce fait les relations entre le français et l'anglais constituent un phénomène linguistique rare dans l'Histoire, car une langue vivante (l'anglais) imprégnée à ce point par une autre langue vivante (le français) n’est pas un phénomène courant.

Source : Histoire du français par Jacques Leclerc (Université Laval, Québec, Canada)

 

Honi soit qui mal y pense” (“Honte à celui qui y pense mal”)
est toujours  la devise de l’Ordre de la Jarretière.

 

L'anglais, ce n'est jamais que du français mal prononcé.

Georges Clémenceau


Henri II et Aliénor. Extrait d'une miniature d'un manuscrit des Grandes Chroniques de France, vers 1332-1350, British Library.


Du bacon bien français

Le célèbre bacon du petit-déjeuner anglais vient en fait  de l’ancien français bacon qui désignait exactement la même chose : un morceau de viande porc avec une flèche de lard salé,  un mot qui a son équivalent  en ancien allemand : bacho (jambon)

 

Bacon (Flickr, CC BY-NC-ND 2.0


Couvre chief devient Handkerchief

Au XIIIe siècle, les anglais découvrent le couvre chief  qui est à l’époque une pièce de tissu que l’on met sur la tête mais sert parfois à se protéger du froid ou à  s’essuyer le nez … Le couvre chief   devient ainsi Handkerchief, un mouchoir pour les anglais

La visitation par  Domenico Ghirlandaio,


Fiers chevaliers

Le vieux terme français prud devient preux  pour les chevaliers du  Moyen-Âge faisant preuve de bravoure. Pour les anglais qui reprennent le mot au XIIe siècle, prud devient  proud et prend le sens de fier.

 

Sir James Douglas
Kim Traynor (CC BY-SA)


Il est permis de ne rien faire u

En vieux français, loisir est un verbe qui signifier être permis. Le mot devient un nom pour désigner le temps où on ne travaille pas et où on est autorisé à faire ce qu'il nous plait. Loisir (devenu substantif) donnera leisure en anglais.

 

Le bal des Ardents
Philippe de Mazerolles,


Un étranger de chez nous

Au Moyen-Âge, forain signifie celui qui va à l'extérieur ou qui en vient. Cela donne foreign dans la langue de Shakespeare. Le forain allait de village en village : c’était un estranger lequel devient  stranger en anglais...

Cérémonie d’entrée des estrangers dans la citoyenneté (fin XIIIe s., Bibliothèque d’Agen)


Voyage, voyage

Au Moyen-Âge, on comptait la durée des voyages en journées, à cheval ou à pied. C'est ainsi que le mot "journey" a pris le sens de voyage en anglais



Histoire thématique


Ajouter un commentaire

Commentaires

Il n'y a pas encore de commentaire.